TRAITEMENT PRÉVENTIF ET CURATIF DE CHARPENTE EN BOIS

Vous ne le savez peut être pas, mais tous les éléments en bois d’une maison, dont évidement la charpente, sont la proie de nombreuses nuisances telles que les insectes à larves xylophages, les termites et les champignons, lesquels peuvent rendre une maison très fragile voire dangereuse pour ses occupants.

Il existe heureusement des traitements préventifs et curatifs. D’ailleurs, chaque année, plus de 50.000 foyers font l’objet d’un traitement curatif des bois à la suite d’attaques occasionnées par ces nuisances. « A chaque pathologie du bois, il existe un traitement préventif ou curatif ». One Tipe vous propose d’effectuer des traitements préventifs et curatifs afin que votre habitation reste saine.

garantie_10ans
  • Le termite

    Ce sont des insectes sociaux de l'ordre des isoptères. Dans notre région, les termites causent de grands dégâts dans les habitations en creusant leurs galeries dans le bois d'œuvre.

Traitement préventif

Le traitement préventif est évidement recommandé car il est toujours idéal de prévenir plutôt que de guérir. Cela consiste à sonder les pièces de bois de la charpente pour s’assurer qu’il n’y a aucune attaque, pour ensuite pulvériser des produits certifiés en surface des bois et prévenir d’une éventuelle attaque.

Traitement curatif

Il s’agit là d’un sondage de l’ensemble des bois pour identifier les zones contaminées.

Un "bûchage" des bois infestés sera nécessaire pour enlever les parties vermoulues et sans résistance mécanique, ainsi qu'un brossage suivi d’un dépoussiérage de l’ensemble des bois afin d'éliminer la vermoulure dans les galeries creusées par les larves.

Pour la préparation, les pièces de bois devront être forées d’une certaine manière pour recevoir les injecteurs.

Les trous ainsi faits permettent une pénétration totale dans le bois.

L’injection est réalisée avec une pompe hydraulique dans tous les injecteurs, il en résulte une imprégnation totale des fibres, jusqu’au cœur du bois. Les injecteurs restent en place après l’injection ce qui, après 10 ans, diminue considérablement les frais de réinjection éventuelle.